Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Valabres

Dans tous les villages, autrefois il y avait beaucoup de solidarité entre les gens. Il faut dire que la vie et le travail des champs étaient durs alors on s'entraidait entre voisins. L'un prêtait sa mule à celui qui n'en avait pas, l'autre donnait la main pour les moissons ou au printemps pour remonter les murettes des restanques emportées par les pluies et la neige.

 

Mais il y avait aussi parfois des embrouilles et même des fâcheries entre familles rivales qui se transmettaient de génération en génération. Les jeunes prenaient ça en même temps que l'héritage. Ils ne savaient même plus pourquoi ils étaient fâchés. Ça ne se discutait pas.

 

Vous savez comme l'eau est rare en Provence. Ici à Valabres on se disputait souvent à propos des sources. Certains étés la grande sécheresse durait des mois et bêtes, plantes et hommes tiraient la langue. Les anciens avaient prévu. Un réseau de petits canaux descendait l'eau de la montagne jusqu'ici. Les béals desservaient les jardins  tout autour des maisons. Et comme l'eau était comptée, à heures précises, chacun à son tour, ouvrait et fermait une vanne faite d'une planche en bois pour barrer le chemin à l'eau ou l'ouvrir. Elle courait d'un jardin à l'autre. C'était magnifique. Sauf que vous vous en doutez il y avait parfois de la triche et certains venaient lever la planche au clair de lune pour resquiller un tour.

Ici on racontait encore il n'y a pas si longtemps, l'histoire des deux frères, le Pancrace et le Panturle qui s'étaient brouillés à mort pour une histoire d'arrosage et de tour de l'eau. Ils sont restés fâchés toute leur vie. Mais leurs enfants étaient innocents de ça et jouaient quand même ensemble sur le chemin de l'école, les garçons taquinant les filles.

Le temps passa. Les enfants devinrent des hommes et des femmes. Ils se voyaient de temps à autre en cachette des pères ennemis mais il n'y eut bien sûr aucun mariage entre eux à cause de la mésentente. Sauf que Noémie la fille du Pancrace retrouvait souvent Martin le fils du Panturle dans une grange un peu loin du village.

 

Le temps passa. Pancrace et Panturle moururent chacun leur tour, comme pour l'eau !

 

A quelque temps de là arriva le temps de Noël. A cette occasion, les enfants décidèrent d'un commun accord de faire la paix et de rompre la vieille querelle. Et pour enterrer la rancune on fit une fête et ils se rendirent tous aux jardins. Martin scia une grosse planche de chêne que Noémie jeta solennellement sur le ruisseau qui séparait les deux propriétés pour pouvoir passer facilement les uns chez les autres. Maintenant la dispute était oubliée,

 

Ce qui se passa les jours suivants est assez incroyable. Au soir du 31 décembre alors que Noémie et Martin rentraient d'aller faire la veillée du jour de l'an chez la mère de Martin ils furent saisis de peur en voyant danser une étrange lueur verte et phosphorescente, au ras du sol et qui les suivait sur le chemin. Ils coururent en grande hâte vers leur bastide. Et là ils trouvèrent la maison grande ouverte. Portes et fenêtres claquaient dans un grand fracas bien qu'il n'y eut ce soir là pas le moindre vent et que le temps fut on ne peut plus calme. Plus effrayant encore une traînée de la même lumière verte et phosphorescente que celle du chemin courait de toute part, entrant par un fenêtre et ressortant en furie par la suivante.

Cela dura toute la nuit.

Au petit matin les deux familles tinrent conseil.

 

Il fut décidé qu'on enleverait la planche jetée en travers du ruisseau.

Ainsi fut fait et tout rentra dans l'ordre.

.

 

Les commentaires sont fermés.