Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • ROUTE NAPOLEON X- l'oppidum de la Colette

    L’oppidum de La Colette

     

    C’est une enceinte fortifiée, vestige d’une présence humaine très ancienne à ce point stratégique de passage.

     
    Dans les environs de Saint-Vallier on compte une dizaine de ces camps ligures qui datent de la préhistoire, Mauvan,  la Malle, le Doublier, castel Abram . Il s’agit de postes de guet ou camps-abris utilisés en cas de menace par des populations nomades d’éleveurs qui en temps ordinaire vivaient non loin dans de petites maisons rondes de pierre,  les bories.


     
    Ces Ligures venus du Nord de l’actuelle Italie ont occupé l’arrière pays et la montagne depuis l’âge des métaux ( 4000 av. JC) jusqu’à l’occupation romaine. Les ligures résistèrent aux romains, refusant de se laisser réduire en esclavage. Le trophée de La Turbie, fut élevé à la gloire d’Auguste qui soumit (25-14 av. J.C.) ces peuplades. Le monument fait mention de 44 tribus soumises. Le camp de La Colette a pu être le théâtre de combats importants car il contrôlait le passage sur la draille antique qui va vers le  Nord. 
     
    Ces camps sont en général perchés sur une hauteur naturelle de sorte qu’ils devaient communiquer entre eux soit visuellement soit par des appels de voix. Ils sont souvent adossés à un précipice ou à un versant difficile d’accès. L’enceinte est faite d’un double ou triple rang de murailles qui se superposent  avec un seul accès en chicane. Ces murs pouvaient avoir à l’origine 4 à 5 mètres de haut pour 2 mètres d’épaisseur. Ils sont faits d’énormes blocs appareillés sans mortier.
     
  • ROUTE NAPOLEON IX- La pause d'Escragnolles

    La pause d’Escragnolles

     
    Il est déjà 18 heures ce 2 mars 1815.  La troupe a atteint Escragnolles. Napoléon fait halte chez l’abbé Chiris qui le reçoit avec un buffet bien garni. Enchanté l’invité déclarera même «  C’est une mitre qu’il faudrait à cet homme là plutôt qu’un bicorne. Le bicorne était porté par les simples prêtres. A table on parle du général Mineur, François Mineur, natif d’ici.

    Volontaire en1792, devenu général et mort au combat dans la campagne d’Egypte, haché à coups de cimeterre par les bédouins. Sa veuve est toujours au village. Napoléon veut aller la saluer et se fait conduire chez elle. Elle est devenue aveugle.  L’Empereur lui adresse quelques paroles de réconfort et la serre sur son cœur. Avant de la quitter il  lui remet un rouleau de pièces d’or. Il prend congé de l’abbé Chiris et repart  sur Séranon .


     

    La nuit à Séranon

     

    Tandis qu’il fait déjà nuit, on s’engage par de mauvais chemins mouillés qui sont à peu près l’équivalent à l’actuel GR.

    A Valferrière au cours d’une courte halte autour d’un feu, une vieille femme s’approche. L’empereur lui demande «  Quelles nouvelles a-t-on du Roi ? » La vieille lui répond «  Du Roi ? Vous voulez dire de l’Empereur ? » Ou cette vieille était très fine mouche ou elle ignorait depuis le fond de sa province, que napoléon avait été remplacé par Louis XVIII. Cela laissa tout le monde perplexe.

     
    On finit par arriver à Séranon où l’on avait prévu l’étape. Pourquoi Séranon ?  Parce que
    le maire de Grasse, le marquis de Gourdon, possède là une gentilhommière, un petit château, « le Château du Broundet » dont il reste quelques ruines aujourd’hui. Le maire de Grasse qui le matin encore était plus que réservé s’est ravisé et il a offert l’hospitalité à Napoléon. Tandis qu’on prépare les feux et le couchage l’empereur s’endort  étendu entre deux chaises. Dehors de grands feux sont allumés. Les grognards apprécient  le bivouac. Il est 10 heures du soir et ils ont marché plus de 50 kms depuis Cannes.
     
     
                                                 Les muletiers
     

    En chemin, peu après Escragnolles, on avait rencontré une file de muletiers de Caille qui s’en allaient porter du blé à Grasse. Ils sont réquisitionnés. On les oblige à faire demi-tour et à rebrousser chemin jusqu’à Séranon. On charge les mulets avec les sacs des soldats les plus épuisés. Chaque sac fait 40 kgs.

     
    Dans la nuit, alors que tous ronflent, sans qu’apparemment on ait monté la garde, les muletiers vont s’esquiver sans bruit  et rentrer bien vite à Caille avec leurs bêtes qu’ils ne se privent pas de récupérer.
     
    Au petit matin du 3 mars 1815, il a neigé. A 1000m d’altitude il fait froid. Un piètre sentier descend vers la chapelle de Grattemoine. A l’auberge du Logis du pin, chez Laugier, on boira volontiers un bouillon chaud.
     
    A midi le vendredi 3 mars on entre dans Castellane.
  • ROUTE NAPOLEON VIII - chapelle Saint Martin

    La chapelle Saint Martin
     
     
     
    La chapelle Saint Martin La chapelle St Martin est le seul site historique témoin de l’origine de la commune d’Escragnolles. Les traces d’un château féodal près de la chapelle donnent à penser que le premier emplacement du village était là.

    La construction de cette chapelle daterait de la fin du XIème siècle. C’est du roman primitif.

    Elle aurait été rénovée au XVIIème siècle. En 1904, elle est définitivement abandonnée comme lieu de culte.

    Depuis, elle était restée sans toiture, avec des murs lézardés, et exposée aux intempéries.

    Depuis l’an dernier elle a été une nouvelle fois restaurée. Cette restauration est due à une belle initiative des habitants qui se sont mobilisés pour réaliser une mise hors d’eau en attendant les crédits pour une véritable réhabilitation. Une association de sauvegarde a lancé une souscription qui a permis de mobiliser 3000 euros pour l’achat des matériaux. La main d’œuvre a été fournie gratuitement par des bénévoles et des professionnels du bâtiment résidant sur la commune.  
    .