Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • ROUTE NAPOLEON VI-La Moute - Une progression difficile

    Nous sommes à la borne 84. En contrebas La Moute. Sur le chemin, premières bornes chasse-roues, dallage ancien, lacets.

                        La Moute


    Au plus profond des gorges, à hauteur des sources de la Siagne, le hameau de la Moute. Comme son nom le laisse présager ce lieu est occupé dès le 14ème siècle, par un moulin à eau. A l’époque existaient aussi les moulins à sang mus par des animaux. Mais ici, la situation sur la rivière permet de moudre le blé. Les cultures en terrasse et sur les plans, à cette altitude, ne permettent pas l’olivier mais seulement des céréales, froment et seigle. De semblables moulins, dont il reste des ruines, se retrouvent sur la Siagne, sous la chapelle St Jean et plus bas, dans la vallée sous st Cézaire et Mons.
     
    Les habitants de Saint-Vallier et d’Escragnolles aimaient à raconter qu’il y aurait eu à La Moute, aux sources de la Siagne,  un couvent de nonnes au moyen âge. Il n’en reste rien. Sauf peut-être une tour en ruines située sur la rive droite au lieu-dit Marinon qui pourrait correspondre à cela.
     

                                

                         Une progression difficile


     

    Il faut imaginer ce qu’a du être cette marche sur le chemin même là où nous sommes. La colonne s’allonge. Il y a de la boue, de la neige fondue cet après-midi  du 2 mars 1815. Les cavaliers ont mis pied à terre. Ils sont  embarrassés dans leurs bottes et avec leurs sabres. L’Empereur marche à pied  parmi ses hommes, parfois en tête, pas toujours. Il porte sa légendaire tenue de campagne : Habit vert des chasseurs de la garde, col à parements rouges, épaulettes d’or, gilet barré du grand cordon de la légion d’honneur, culotte de casimir blanc, beau bicorne à cocarde. Il a retroussé les pans de sa redingote et s’est muni d’un bâton. Tous trébuchent sur le mauvais dallage. Les fantassins ont des chaussures qui ne comportent pas de pied droit, pied gauche et qui ne se font qu’en trois tailles, petites, grandes, moyennes. La paille permet de combler les écarts. On entend les grognards souffler dans la rude montée. Ils sont chargés de leur « barda » et les couvertures roulées sur le havresac se mouillent et s’alourdissent. Le « petit tondu » est là-bas devant avec son chapeau. Où les emmène-t-il une fois de plus ?


    Et surtout, on marche avec la nécessité d’avancer vite, très vite.
    Napoléon mise sur l’effet de surprise de son entrée dans Paris. Il doit donc y arriver très vite. De plus il y a quand même la crainte de rencontrer les troupes du Roi. Enfin, lors de ces premières étapes rien n’indique que les populations et les garnisons rencontrées vont se rallier. Bien au contraire Antibes, Cannes et dans une moindre mesure Grasse le prouvent. C’est pourquoi, on progresse à marche forcée, souvent de nuit, en  ne laissant la troupe se reposer que 4 à 5 heures par étape.
    La colonne s’étire. Tous ne progressent pas à la même allure. Il faut sans cesse se regrouper. Entre l’avant garde de Cambronne, le gros des effectifs et l’arrière garde il y a plusieurs heures d’écart.
    Manque de sommeil. Les hommes dorment dehors à même le sol. Fatigue, froid, ravitaillement incertain  et doute  sur l’issue de l’opération, telles sont les conditions qu’eurent à affronter les grognards. Mais ils en avaient vu d’autres ! Dans les sierras espagnoles ou les plaines de Sibérie.

  • ROUTE NAPOLEON V-Légende des aubergistes de Lechen

                      

                                                  légende des aubergistes de Lechen
     
     
    Autrefois la bergerie de Lechen, sous les ruines de laquelle nous sommes, était un auberge dont la réputation n’est pas fameuse. On raconte qu’elle était tenue par un couple  assez infâme. Seul le sourire d’une jeune servante égaie un peu le lieu.
     
    Un soir d’hiver, le fils des propriétaires, de retour après un long voyage de plusieurs années, est de retour à la maison natale. C’est maintenant un homme de belle prestance et de riche équipage. Il a beaucoup changé physiquement et il est difficile de reconnaître dans ce gentilhomme le gamin malingre parti à l’aventure il y a si longtemps. Pour surprendre ses vieux parents, il décide de ne pas se faire connaître et demande à être logé lui et son cheval pour la nuit. En effet, les vieux ne le reconnaissent point. Il dîne et laisse entendre à la servante qu’il a largement de quoi payer, tant il veut se réserver la joie d’étonner ses parents dès le lendemain matin.
     
    Sur ordre de ses maîtres, la belle, comme elle le fait ordinairement verse un mélange de plantes soporifiques dans le cruchon de vin du voyageur. Il s’écroule sur sa couche et s’endort en confiance.
     
    Tard dans la nuit, les cupides aubergistes vont froidement assassiner leur propre fils pour le dévaliser.
     
    Prise de remords, la belle servante qui avait eu un petit coup de cœur pour le beau seigneur les dénoncera.
     
    On imagine la stupeur des parents aubergistes lorsque l’identité de leur victime leur sera révélée par les gendarmes.
     
    Mais ils n’eurent pas trop de temps pour souffrir de leur bévue car ils furent guillotinés à Grasse à quelques temps de là.
     

  • ROUTE NAPOLEON IV- De cannes à Séranon- passage à St Vallier le 2 mars 1815

    Le 2 mars 1815 de Cannes à Séranon – passage à Saint-Vallier

    2 mars 1815 début d’après midi -Saint-Vallier

     

                Nous sommes sur la place de l'Apiè(apis=les abeilles; cette place ensoleillée attirait les essaims). Sous un platane, le banc où s’assit Napoléon le 2 mars 1815, lors de la halte à Saint-Vallier. C’est bien le banc mais pas l’arbre d’origine qui était un ormeau qu’une tempête abattit en 1867. La fontaine en marbre clair est de 1866. En face la colonne commémorative portant un buste de l’Empereur a été érigée en 1865. la mairie a été reconstruite en 1849 sur l’emplacement de l’ancienne que l’on avait dû démolir pour élargir la route qui à l’époque, moins large, ne coupait  pas le village en deux, comme c’est le cas maintenant.

    On atteint Saint-Vallier de Thiey en début d’après-midi.  La halte sera brève. A peine ¾ d’heure. Et pourtant depuis le matin à 4 heures, heure à laquelle ils sont partis de Cannes, ils ont déjà parcouru 35 kilomètres et marché presque 10 heures. Mais on a prévu de passer la nuit vers Séranon. Ici c’est juste pour se regrouper qu’on fait une pause.

      Les habitants prévoyants et informés de l’arrivée des troupes, ont caché leurs mulets dans les bergeries alentour. Napoléon fait demander à l’adjoint Chautard de lui procurer des montures. Celui-ci, troublé répond en improvisant n’importe quoi « Hélas, Sire tous les mulets sont en Champagne ». Napoléon répond sans rire « Bigre qu’ils sont loin ! » Rassuré par la bonhomie de l’Empereur, Chautard se ravise et finit, avec l’aide du garde champêtre, par trouver des mulets que les habitants vont louer un bon prix. Ce qui finit par les décider.

       Napoléon était sur son banc. On raconte que l’aubergiste, traversa la place et offrit sans façon un verre de vin à l’Empereur. Celui-ci hésite, redoutant le poison sans doute. Un officier de la garde glisse à l’oreille de l’aubergiste « Buvez d’abord ». L’autre s’exécute. L’officier vide un verre à son tour et enfin, Napoléon rassuré boit de bon cœur. Ce verre de vin fit la fortune de l’aubergiste. Des années plus tard, chaque fois qu’un riche touriste anglais passait, il montrait le fameux verre et il racontait l’histoire en l’enjolivant. Si bien qu’à la fin l’étranger sortait son or pour essayer d’acquérir le précieux souvenir. L’aubergiste se séparait à regret de l’objet. Mais il vendit bien au moins une centaine de verres.

       On chargea les mulets, abandonnant les chevaux avant de s’engager vers Escragnolles, non pas par l’actuelle route du Pas de La Faye qui n’existait pas encore, mais par l’abrupt chemin muletier direct des gorges de la Siagne.