Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • SEILLANS : Histoire de Jeanne la Reine des Fleurs Chapitre III

     

    Chapitre III : Une nouvelle rencontre... Et de tristes évènements...

    1884-1885

     

     

     

    Jeanne voyage pour ses affaires entre Seillans et Paris pendant que son mari est à la chasse. Elle active ses réseaux pour faire connaître ses produits dans les milieux snobs des salons où ses anciennes relations, les élégantes du Tout Paris, se font son ambassadrice.

    C'est dans une de ces réceptions qu'elle va retrouver un ami de longue date, le sémillant colonel et Vicomte René Savigny de Moncorps.

     

    Résultat de recherche d'images pour "vicomtesse de savigny de moncorps"

     

    Page 148 : La rencontre.

    Jeanne rentre à Seillans et oublie. Ils échangent pourtant quelques lettres. Savigny se déclare mais il sait qu'elle est mariée...il attendra !

    En attendant, que fait-il ? il achète à tout hasard, des terres à Seillans, un domaine sauvage et giboyeux pour y chasser. Car lui aussi est passionné de chasse. Sa nouvelle propriété est, comme par hasard, juste voisine des terres du couple au Neïsson.

    Et Henri Charles de Rostaing dès qu'il apprend cela, s'empresse avec naturel et simplicité d'inviter son nouveau voisin à diner.

    Et là il se passe quelque chose...

     

    Page 190: Premier contact

    Mais Savigny est discret et Jeanne très occupée avec la parfumerie. Il faudra attendre....

     

    Attendre quoi ? Un mauvais coup de vent en rade, au large de Saint Raphaël. ce pauvre marquis de Rostaing, l'époux légitime, est sorti en mer sur son yacht. Le vent a forci, la température a baissé brutalement et Henri Charles a pris froid. Il ne s'en remettra pas.

     

    Page 201 : Veuve pour la 2nde fois !

  • SEILLANS Histoire de Jeanne La Reine des Fleurs Chapitre II

    Chapitre II : Un projet fou

    1882 -1884

    Jeanne a du tempérament, elle a des idées et ne veut surtout pas s'enterrer dans ce trou de Seillans aux côtés d'un mari gentil mais très occupé et partagé entre les plaisirs de la chasse et l'attrait des tables de jeu.

    A Seillans, à la sortie de la guerre de 1870, la situation économique du village n'est pas brillante. De plus, les vignes ont été ravagées par le phylloxera.

     

    Page 74 : Jeanne s'en entretient avec le maire.

    Par ailleurs, il se trouve qu'elle connait un peu les possibilités et les ressources de la région par ses relations avec un certain Léon Chiris parfumeur à Grasse. Elle l'a rencontré par l'intermédiaire d'un ami commun dont nous avons déjà parlé, Alphonse Karr qui n'était pas seulement poète mais aussi passionné d'horticulture.

    A Grasse, s'est développée dernièrement, à partir d'ateliers de tanneries très anciens (depuis le XIII ème siècle) une nouvelle activité autour des cuirs parfumés, très à la mode pour la ganterie. Il s'agissait de masquer l'odeur forte des produits de tannage avec des senteurs florales. Le climat permet de faire pousser ici toutes sortes de fleurs. Une véritable industrie est en train de naître sous l'impulsion de familles d'industriels comme les Chiris.

    Jeanne va avoir une intuition de génie et trouver la solution pour redonner vie au village de Seillans.

    Page 78,79 : Une fulgurante intuition et déjà un plan.

    L'idée de départ était donc de cultiver des fleurs sur la propriété de Neïsson pour fournir les parfumeries de Grasse. Elle s'entoure de collaborateurs qu'elle recrute, un ingénieur chef des travaux et un responsable des cultures. Ainsi se crée à Seillans...

    Page 123 : Une véritable entreprise horticole.parfumeries de Seillans

    Et ce chantier va donner du travail aux hommes du village dans un premier temps puis aux femmes comme cueilleuses dès les premières récoltes. Il est certain que la volonté d'aider les gens d'ici et de leur procurer du travail a été la motivation première de Jeanne. Son goût d'entreprendre l'y a poussée aussi. Mais elle avait le sens du social et pas seulement le goût du profit. Plusieurs de ses réalisations ultérieures dans le village le prouvent ( création d'une mutuelle coopérative, ouverture d'une école, hôpital du Foulon, organisation de ventes de charité). Cette ouverture  est d'autant plus étonnante que par ailleurs elle a souvent pris des positions peu républicaines, en tant que catholique conservatrice et royaliste convaincue. Ainsi elle s'opposera avec succès à l'élection comme député du socialiste Georges Clémenceau dans le Var. A une époque où les femmes n'ont bien sûr pas le droit de vote ( 1944 !) elle milite et finance une efficace campagne d'opposition qui privera Clémenceau de son siège.

    Cependant, mois après mois les récoltes dépassent les attentes

    Page 159 : la marquise n'est pas fière. parfumeries de seillans

     

    Projet N°2 : Et devant le succès de la plantation, au risque de concurrencer les parfumeurs de Grasse, germe l'idée d'un projet fou : créer ici au village un atelier de transformation et d'extraction des essences florales, une véritable usine de parfumerie comme à Grasse !

    Page 162 : La parfumerie.

    L'obstacle Chiris sera vite contourné. Jeanne est habile et séductrice. sa fougue va convaincre. D'autant plus que le concurrent, l'ami Chiris, flaire la bonne affaire et accepte de fournir son aide pour les installations, le recrutement et la formation du personnel...moyennant 10% sur le C.A !

    Chiris " Belle marquise vos beaux yeux... Euh non vos beaux 10% d'amour me font mourir....

    Page 173,174 : l'inauguration de la parfumerie.

  • SEILLANS Histoire de Jeanne la Reine des Fleurs : Chapitre I

    Chapitre I : Une parisienne à Seillans...

     

    Avec un peu d'imagination, transportons nous  dans les années 1900 au Village de Seillans dans le Var.

    Par chance nous y croisons une des rares automobiles circulant dans la région à l'époque. Et, plus stupéfiant, une femme au volant !

    Sans doute l'une des premières à conduire une automobile en France !Renault Intrépide 1901.jpg

    Retrouvons notre belle automobiliste croisée tout à l'heure dans le village ... Une plaque à son nom commémore le passage de ce personnage d'exception :

    Vicomtesse de Savigny de Moncorps,  Jeanne de son prénom 1848-1932 .

    Seillans 21-04-2009 (15).JPG

    Pourquoi cette aristocrate, originaire d'une famille de la noblesse, issue d'une lignée remontant aux croisades, née au château des Villers la Faye en Bourgogne, atterrit-elle à Seillans ?

    Mais par amour bien sûr !

    A Paris elle avait rencontré dans les salons à la mode qu'elle fréquente, le séduisant marquis de Rostaing. Celui-ci est passionné de chasse et adore venir débusquer faisans ou sanglier à Seillans sur une terre dont il a hérité.

    Bien que très jeune, à peine la trentaine, elle est déjà veuve. On verra comment. Et vous verrez aussi qu'elle fera trois mariages sans pourtant avoir d'enfants. Elle est comme on disait à l'époque une jeune femme "bien de sa personne".

    Page  13,14 portrait ( ce  type de renvoi redirige le lecteur intéressé vers le roman  de Alain de Savigny intitulé La Reine des Fleurs. Editions Eric Bonnier 2013IMG_20171012_151147_965.jpg

    Elle aussi aime la chasse. Henri Charles De Rostaing l'invite pour un séjour dans le midi sous le prétexte de la saison de chasse. C'est ainsi qu'elle arrive à Seillans et elle n'en repartira plus.

     

    - Page 51. L'arrivée à Seillans

    Homme plus âgé qu'elle mais séduisant, raffiné, profond, ils se plaisent et envisagent une union. Il n'a qu'un défaut, il est addictif aux jeux de hasard et y a laissé sa fortune. Elle le sait et assume avec détermination.

     

    - Pages 55, 56. Une femme de caractère et entreprenante qui a des moyens.

    Pourquoi peut-elle dire " Pour mon mari l'argent ne sera pas un problème" ? C'est qu'elle a une fortune personnelle. Bignon son premier époux l'a laissée veuve à 23 ans avec un bel héritage qu'elle a su faire fructifier en réalisant, bien que très jeune, d'excellents placements immobiliers et des investissements industriels.

    L'histoire de ce premier mariage en 1866 qui ne durera que quelques mois est quand même à raconter surtout pour la façon dont le père de Jeanne le Marquis de Villers, joueur invétéré ( Lui aussi . Décidément !) avait donné sa fille en mariage à un riche roturier nommé Bignon.

    - Page 7. Un coup de dés

    Jeanne et Henri-Charles de Rostaing font le choix de s'établir à Seillans dans le modeste château du Neïsson qu'il y possède.

    20171011_154435.jpg

    Elle garde son hôtel particulier à Paris. Ils se partagent entre ici à la campagne et Nice où la vie mondaine bat son plein avec les hivernants fortunés de toute l'Europe,anglais,russes

    Jeanne va bientôt acheter une maison à Saint Raphaël plus près d'ici. Là, autour d'un vieil écrivain original qui va devenir son ami, est en train de se constituer une petite société mondaine. L'ami écrivain et botaniste amateur c'est Alphonse Karr.

     

    Ainsi va la vie des De Rostaing entre le village, Paris et saint Raphaël...

     

    Mais Jeanne a des projets...