Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La chèvre d'or

    La légende de la "chèvre d'or" est omniprésente en Provence. On la retrouve à Gordes, aux Baux, en Avignon et dans les Alpes-maritimes, à Vallauris, Roquefort les Pins, Grasse. Beaucoup de lieux-dits, d'enseignes d'auberges et autres la signalent un peu partout. Elle est somptueusement évoquée par Paul Arène dans son récit.

    L'animal fabuleux a une toison couleur or, des cornes d'or, parfois des yeux de diamant. Elle est toujours la gardienne d'un trésor enfoui dans une grotte, un aven, un souterrain. En général ce trésor est lié aux templiers ou à des sarrasins en fuite qui auraient caché des pierres précieuses, des pièces de monnaie et de la vaisselle d'or et d'argent, avant de repartir pour leur lointain pays, comptant bien revenir un jour.

    Cette chèvre est un mythe, au sens que personne ne l'a jamais vue. En effet, malheur à qui aurait cherché à l'approcher, à la regarder, à la toucher. Celui-là est promis à disparaître à jamais, englouti dans les entrailles de la terre. La chèvre d'or est liée à un interdit majeur.

    Toutes les histoires que l'on raconte à son sujet ont une signification initiatique. Qu'y a-t-il à comprendre à cet interdit ? Ce dont elle est gardienne, ce trésor sous la terre, représente une sagesse enfouie difficilement accessible au commun des mortels. Une connaissance de nature divine. Seuls, ceux qui ont le cœur pur pourront  approcher cette vérité. Les ambitieux, les assoiffés de pouvoir, les gens avides et pressés se verront interdire le passage et seront punis pour  leur curiosité.

    Les justes et les simples reçoivent la récompense. Ils pourront voir, approcher, peut-être caresser la chèvre fabuleuse et du même coup entrer dans la Connaissance.

    Dans notre région plusieurs sites attestent de cette légende par leur appellation géographique.

    C'est le cas à Saint Vallier sur la barre qui domine au sud le vallon de Fèïssolade ( là où il fait soleil)  et qui s'appelle " la chèvre d'or". Voir la carte 3643 ET. Une randonnée au départ du col du Pilon à Saint Vallier de Thiey vous conduira vers une  tour en ruine. Il y aurait même eu ici, un temple antique dédié à la chèvre d'or. 

     

    Près de Nice des souterrains ont un nom qui évoque la légende.

    A Roquefort les Pins se trouve (ou ne se trouve pas car nous n'avons jamais pu la localiser lors de nos randonnées au Camp Tracier avec Jacques Lacour) une grotte de la chèvre d'or bien répertoriée et signalée sur la carte IGN.

    A Vallauris aussi et dans le Var à Lorgues, Draguignan ou le Tanneron.

     

     

  • deux petits voyages

  • 5 - Une rivalité fatale : la dénonciation, en prison à Draguignan

    Gaspard de Besse dans l’Estérel

    Une rivalité fatale : La dénonciation – En prison à Draguignan

    A l’époque de son séjour à l’auberge des Adrets, Gaspard était dans des complications sentimentales propres à ceux qui, comme lui, ont le cœur trop ardent et trop vaste pour n’embrasser qu’un seul amour.
    Une rivalité entre deux belles allait lui être fatale.
    Il faut ici parler de Clarisse. C’était une adorable petite sauvageonne, une fille des bois aux cheveux roux et au tient clair. Ce qui faisait contraste dans ce pays du sud et de femmes brunes. Son père était bouscatier : C’est à dire qu’il coupait des arbres pour en faire du charbon de bois. Gaspard les avait tirés d’embarras, un jour où les colleteurs d’impôts étaient passés chez eux pour lever 200 livres qu’ils n’avaient pas car le père de Clarisse était couché depuis plusieurs mois, avec un tour de reins. Les gabelous avaient menacé de revenir sous huit jours et de brûler leur maison après avoir confisqué leurs pauvres biens s’ils ne payaient pas. Gaspard avait fait l’avance des 200 livres et tenu les préleveurs d’impôt en respect. Il était surtout tombé amoureux de Clarisse qui le lui rendait bien.
    Mais, depuis longtemps, Gaspard avait aussi une tendresse toute particulière pour Claire Augias. C’était pourtant l’épouse de son compagnon Joseph Augias. Joseph avait été condamné à 5 ans de bagne à Toulon pour avoir volé deux livres et demi de sel aux salins d’Hyères. Le sel était taxé lourdement(gabelle) et faisait l’objet d’une importante contrebande. Joseph avait cru pouvoir améliorer ses revenus d’ouvrier jardinier. C’est son épouse Claire qui aborda Gaspard qu’elle connaissait de réputation pour lui demander de l’aide pour faire évader son mari. Grande file mince aux formes généreuses et au regard noir, elle sut convaincre. Gaspard réussit à faire évader Joseph par le corbillard des morts. Jacques Bouilly, un compagnon de chaîne de joseph profita du voyage. Et c’est donc deux nouvelles recrues qui rejoignirent l’escouade de Gaspard. C’était dans les débuts. Claire qui tenait une auberge à La Valette revit Gaspard et ils restèrent amants passionnés. Joseph se montra un mari large d’idées. Il n’aimait plus sa femme depuis de nombreuses années.

    Clarisse – Revenons à elle – Mais il est vrai que cela se complique ! Anne de Morières, Rose Faye, Clarisse, Claire…Vous suivez ? Clarisse donc avait perdu la trace de son ami Gaspard depuis qu’il se cachait à l’auberge des Adrets. Désespérée, elle tenta de savoir quelque chose en espionnant sa rivale Claire Augias. Elle se rendit à l’auberge de La Valette. Elle était très malheureuse et jalouse. Jamais elle ne laisserait Gaspard à un e autre femme. Or elle soupçonnait Claire de continuer à rencontrer Gaspard en cachette.
    Clarisse allait découvrir en effet, que chaque semaine, Claire prenait discrètement la diligence vers Fréjus. En soudoyant le cocher, elle apprit que la belle Claire descendait à chaque voyage à l’auberge des Adrets. Du même cocher, elle obtint une place dans la prochaine voiture pour les Adrets, espérant bien affronter sa rivale et reconquérir Gaspard.
    Folle de rage et de jalousie, Clarisse allait commettre l’irréparable !.
    Les gendarmes espéraient bien qu’un jour ou l’autre l’une des conquêtes de Gaspard allait les conduire à la cache où il s’abritait. Le cocher était en fait un indicateur à la solde des gendarmes et il glissa un billet dénonciateur sous la porte de la gendarmerie de Frèjus.
    Le lendemain du jour de la dénonciation un escadron de 50 gendarmes et dragons cernait l’auberge des Adrets. A l’aube, Gaspard fut arrêté au saut du lit ainsi que ses deux amis Joseph et Jacques. Rose Faye fut même embarquée pour le coup.
    635183883.jpg

    Tous furent emmenés à la prison de l’Observance à Draguignan. On était au printemps de l’année 1780.
    Mais Gaspard n’avait pas dit son dernier mot…

    Jean Anglade dans le rôle de Gaspard- télfilm de Benoit Jaqquot - France 2- 2006