Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Villages du haut pays - Page 4

  • les châtaigneraies de Belvédère - Présentation

     

    22-10-2008 17-02-13_0031.jpg

     

     

    Cette courte balade d'automne dont le tracé est disponible dans la rubrique "itinéraires" offre, chemin faisant,  trois centres d'intérêts :

    - les chappelles autour de belvédère -saints protecteurs et guerisseurs.

    - le châtaignier.

    - les fortifications du Planet et la ligne Maginot.

  • Roure

    La route pour monter ici n'est pas facile ( depuis Saint Sauveur sur Tinée D30 puis D130) . Roure se mérite. Le village  semble suspendu dans le vide.  Il domine la vallée de la Tinée . Les maisons hautes et étroites s'alignent face au sud dans une étonnante verticalité. Plus haut l'église  et encore au-dessus un rocher où il y avait autrefois un château.IMGP5026.JPG

    Sur ce promontoire "Le grand guetteur" de Nicolas Lavarenne , statue de bronze perchée à 6 m de haut veille sur  le village . Du haut des ruines du château des Comtes de Beuil il scrute la vallée.

     Roure, Lavarenne, alpes maritimes

    Roure est riche de découvertes inédites.L'église paroissiale, église Saint Laurent, offre du fait de sa construction en plusieurs époques, deux façades différentes.  Une façade  ancienne , côté cimetière qui date du XIVème siècle c'est à dire de la fin de l'Art Roman. A cette époque l'entrée dans l'église se faisait de ce côté. Mais plus tard l'église a été reconstruite en style Baroque et son orientation fut inversée, l'entrée se faisant par la façade sud actuelle. Roure

     

     

     

     

    Roure clocher porte roman.

     

    A l'intérieur  à gauche en entrant, dans une chapelle le retable de l'Assomption daté de 1560 et attribué à François Bréa, le frère de Louis. Au centre la Vierge( entourée par des anges). De part et d'autre sainte Anne et sainte Marie-Madeleine

    IMGP5031.JPG

    IMGP5029.JPG                    IMGP5034.JPG

    Unautre retable celui de Saint Laurent ( début du XVIéme siècle) est attribué à Andréa da Cella. On y reconnait le saint martyre sur le grill cependant que dans la partie basse des anges sauvent des âmes de l'enfer.IMGP5027.JPG

     IMGP5028.JPG

     

     

     

     

     

     

     

    Il faut s'élever encore quelque peu ,au-dessus du village pour atteindre la chapelle Saint Sébastien et Saint Bernard construite en 1500. Le premier de ces saints est connu comme protecteur habituel de la peste, pour le second, il s'agit de Saint Bernard de Menthon, saint alpin né à Annecy. Des fresques réalisées par le Ligurien André da Cella retracent les vies des deux personnages en deux séries de 6 panneaux comme dans une bande dessinée. De plus, une fresque des vices qui est  une curieuse allusion à un évènement qui s'est passé à Roure en 1427. Cette année là le curé du village et une de ses paroissiennes Dephine Bovis eurent une liaison et se rendirent coupables du péché de chair. Le scandale avait marqué les esprits et le peintre racontal'histoire pour édifier les foules.

    IMGP5052.JPG

     IMGP5054.JPGIMGP5051.JPG

     

    Un diable chevauche la pécheresse cependant q'un autre diable s'empare de l'âme du prêtre.

    IMGP5050.JPG

      Il faut poursuivre le même chemin en suivant le sentier GR5 pour attiendre en 40 minutes de marche l'arboretum de Roure musée vivant de l'arbre et de l'art s'étendant sur 12 ha. On peut aussi s'y rendre en voiture.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Mons, un village tranquille où les femmes ne s'en laissent pas conter.

    07-11-2009 Mons- bergerie, oliviers, la Provence.jpg

    Mons est dans le Var. Perché à 814 m d'altitude. Loin.  Loin de tout. Loin de la côte, du bruit,  de la vie factice, de l'agitation, des autoroutes et des trains.
    Assis au soleil sur la place saint Sébastien je vis là des moments d'éternité. La vue s'étend plein sud, jusqu'à la mer qui est à 30 kilomètres,  depuis la côte italienne jusqu'à Toulon avec en face les îles de Lerins et même la Corse par temps clair.
    Les vieilles maisons sont serrées les unes contre les autres, les ruelles sont étroites et le village est comme un chat qui dort, allongé sur son éperon rocheux. 07-11-2009 Mons La récolte sera bonne.jpg
    Au XIVème siècle le pays a été ravagé par les sauterelles. La famine et la peste sont venues à bout de la population. Un seigneur  local fit venir une quarantaine de familles de la région de Gênes en Italie pour repeupler et cultiver les terres. C'est à eux  et à leurs descendants que l'on doit ces beaux paysages  apaisants de restanques, avec leurs murets de pierre sèche et leurs champs d'olivier. Les anciens d'ici parlent encore un patois local mâtiné d'italien, le figoun.

    A la sainte Agathe, le premier samedi de Février, les femmes sortent ensemble et font un banquet. Ces maris restent à la maison. Ce jour là aucun homme à la table de l'auberge. Après le repas toujours très animé et arrosé elles font une farandole aux lanternes dans les rues du village, elles frappent aux portes et se choisissent librement un cavalier pour danser toute la nuit. Le lendemain de ce tumultueux carnaval chacun rentre chez soi et l'on reprend le travail.ste agathe.jpg

    Dans de nombreuses régions de France on fête la sainte Agathe. Voici sa terrible histoire. Elle vivait en Sicile au IIIème siècle, près de Catane. Elle était jeune et fort belle. Le gouverneur romain de l'ile l'avait remarquée. Il la désirait et lui fit de pressantes avances. Elle se refusa à lui à plusieurs reprises. Il la fit enfermer dans un lupanar. Comme elle ne pliait pas, il la fit torturer et entre autres sévices on lui trancha les seins. Elle est souvent représentée avec ses seins dans un plateau qu'elle tient à la main. Elle est invoquée contre les tremblement s de terre  et les incendies car la ville fut sauvée lors d'une erruption de l'Etna grâce à son linceul que l'on étendit sur la lave brûlante dont une coulée menaçait la ville.

    Elle symbolise sans doute la résistance féminnine à la domination masculine et c'est peut-être aussi la protectrice des féministes modernes.

    C'est ce caractère d'insoumission qui est en tout cas à l'honneur à Mons .

    07-11-2009 Mons Vous êtes prévenu.jpg07-11-2009 porte avec perron à Mons.jpg07-11-2009 rue à Mons.jpg07-11-2009 l'épicerie à Mons.jpg